Le guide de votre bien-être à domicile

Actualités

Des cellules solaires adhésives

Pour produire le maximum d’énergie renouvelable, les scientifiques ne cessent d’améliorer les panneaux solaires. Parmi les nouveautés dans le domaine, l’Université de Stanford et le Laboratoire national sur les énergies renouvelables(NREL) ont mis en place un dispositif à base de films solaires en couches minces « détachables et applicables » sur tous types de supports. A noter que les chercheurs de l’université de Stanford ont déjà créé des films autocollants (Peel-and-Stick) et des procédés de transfert d’impression par eau dans l’électronique à base de nanofils.

Les détails techniques

Durant leur recherche, les spécialistes ont démontré qu’il suffisait de tremper les films solaires en couches minces de moins d’un micron d’épaisseur dans de l’eau à température ambiante pour les retirer du substrat de silicium. Exposés à une température à 90°C, ces films s’adaptent à toutes les surfaces imaginables (téléphones portables, fenêtres, appareils électroniques, etc.). Il s’agit ici de cellules photovoltaïques en silicium amorphe du NREL réalisées avec un wafer de type nickel Si/SiO2. Le transfert temporaire est assuré par un ruban de séparation thermique collé sur la partie supérieure de la cellule solaire. Pour réduire le risque de contamination dans l’eau, les spécialistes ont inséré une couche de protection transparente entre la cellule solaire et la bande thermique. Au résultat final, ils ont obtenu un film mince comparable à un autocollant.

Scientifique du NREL, Qi Wang rapporte que le test de la cellule a été concluant et aucune dégradation des performances n’a été observée. Cette adhésion à un support universel est rare et l’approche « détacher et poser » implique une utilisation de supports souples en polymère dans de hautes températures de traitement. A la fois, souples, légers et transparents, ces dispositifs seront intégrés à des surfaces courbes, des transistors ou des capteurs.